Black hat SEO: 5 astuces pour rater son référencement web

Black hat : [traduction : chapeau noir littéralement en anglais]. Ce terme désigne les techniques de suroptimisation SEO visant à positionner un site internet en tête des résultats dans les moteurs de recherche.

Pourquoi parler du Black Hat SEO ?

Encore très récemment, le travail de certains référenceursconsistait à optimiser de manière non naturelle les pages des sites web, pour obtenir le meilleur positionnement possible dans Google.

Avec l’arrivée de Panda, les techniques de black hat SEO sont sévèrement sanctionnées. Le but de cet article n’est donc en aucun cas de vous inciter à suroptimiser vos pages web, mais plutôt à vous aider à comprendre pourquoi il est important de suivre certaines règles de référencement.

En effet, comme vous le constaterez dans la liste suivante, il est tout à fait possible d’employer certaines techniques sans savoir qu’elles sont proscrites.

 

Les techniques de Black Hat SEO à la loupe

Le Spamdexing (encore très usité)

  • le bourrage de mots-clés (keyword stuffing)
  • le texte caché (invisible)
  • le texte très court (tiny)
  • les redirections
  • le bourrage de mots-clés dans les balises meta
  • la manipulation des liens (backlinks)

Le Cloaking

(plus rarement employé par les référenceurs, mais encore souvent par les développeurs Flash, et les éditeurs de sites non spécialistes)

Le cloaking est une méthode qui revient à cacher du contenu dans une page.  Elle consiste pour le serveur web ainsi programmé à présenter un contenu de page web différent suivant que le client distant est un robot de moteur de recherche ou un internaute humain.

Il est parfois tentant d’amener le moteur à référencer un site internet en donnant un descriptif très différent du contenu réel de la page.  (la même méthode est parfois employée pour berner les internautes et les amener à visiter un site internet particulier).
Autre exemple, il est parfois tentant de dissimuler certains textes en leur donnant un code couleur similaire à celui du fond. Le texte devient ainsi transparent, invisible pour l’internaute, mais visible par les moteurs de recherche (technique appelée background spoofing ou keyword stuffing).
Il est également possible de cacher du contenu à l’intérieur même du code (en intégrant des balises « display; none », ou de faire en sorte d’afficher du contenu sélectionné sur la base du profil de l’internaute (détection automatique de langue, ciblage des publicités.

L’utilisation de « pages satellites » participe également de cette méthode lorsqu’elles sont dissimulées aux internautes: il s’agit de créer des pages au contenu presque identique, en modifiant simplement l’URL, le titre et la description.

Le Page Hijacking

Cette méthode consiste à « voler » le contenu et le positionnement des concurrents, en recréant une page similaire en tous points à leur page populaire. C’est un détournement pur et simple : il suffit de reprendre exactement le contenu, les mots clés, les meta (titre et description) en modifiant l’url.
Pour se protéger du Page Hijacking, il est fortement conseillé d’intégrer des balises Canoniques sur toutes vos pages, afin de ne pas être desindexé par Google.

Balise canonical

<link rel= »canonical » href= »http://www.votresite.com/pagedorigine.html » />

Keyword stuffing

Le Keyword stuffing [trad litt : bourrage de mots-clés] est une technique de spamdexing. Elle consiste à intégrer une très grosse quantité de mots clés à la suite dans un contenu.

Je pourrais par exemple créer un article qui ne serait qu’une liste de mots clés :référencement naturel, référencement naturel Paris, référencement naturel Lille, référencement naturel Nantes, référencement naturel Bourges, référencement naturel Lyon, référencement naturel Bordeaux etc etc etc…

Je pourrais également intégrer ces listes de mots clés directement dans mes contenus en les masquant avec du Background spoofing ( mots clés en blancs sur fond blanc) comme ci dessous

« Couteaux suisses, assiettes en cartons, coaching professionnel, humour seo, autres mots clés, retouche d’image, boule de cristal , (c’est fou comme le cerveau peut parfois trouver des associations d’idées étranges) »  **«  »

Cette méthode est aujourd’hui déjà réprouvée par Google qui renforce encore  en 2012 ses algorithmes pour blacklister les sites qui procèdent au Keyword Stuffing.

Typosquatting

Cela consiste à réserver plusieurs noms de domaine comportant des URL très semblables, ou à intégrer des mots clés avec des fautes d’orthographe précisément pour balayer l’ensemble des requêtes.

La première méthode, appelée aussi URL Hijacking s’avère très dangereuse dans les cas d’usurpation d’identité. Certains escrocs l’utilisent encore, en copiant les URL et les contenus de grands sites comme : Anpe (Pole-emploi), Paypal, Blizzard, Credit Agricole etc…. afin de recueillir des données personnelles.

Mais chaque webmaster d’un site populaire court le risque de voir son site dupliqué, URL incluse…

 

La seconde méthode se justifiait par le passé car on constatait que les internautes faisaient souvent les même fautes d’orthographe et passaient à coté de certains contenus.

Or, Google a intégré à ses algorithme une forme d’intelligence : il détecte les fautes d’orthographe, suggère la correction. Encore mieux, la prise en compte des synonyme est de mieux en mieux gérée.

 

Google bombing

ah… celle là, je l’aime bien… mais je ne voudrais surtout jamais en être la cible.

Le Google Bombing ou bombardement Google, consiste à faire pointer un même lien ancré sur un site, à partir de milliers d’autres sites, afin de le faire ressortir sur une requête précise (parfois totalement décalée par rapport au contenu du site web).

Pour obtenir de réels résultats en Google Bombing, il faut s’assurer le soutien d’une communauté.

Plusieurs célébrités et grosses entreprises en ont fait les frais :

 

Exemples  de Google Bombing déchus
  •  Trou du cul renvoyait vers la page Facebook officielle de Nicolas Sarkozy- 2007
  • Ministre blanchisseur renvoyait à une page de RTL du 16 février 2004 faisant état de la condamnation à 15 000 euros d’amende de Renaud Donnedieu de Vabres pour blanchiment d’argent.
  • Nicolas Sarkozy renvoyait vers le site officiel du film Iznogoud de Patrick Braoudé. Ce renvoi faisait référence aux ambitions présidentielles de l’ancien ministre de l’Intérieur. Le bombardement avait été lancé en réponse à une campagne de promotion du projet de cette personnalité par courrier électronique, dans des conditions controversées. La recherche inverse sur Iznogoud renvoyait quant à elle à la biographie officielle de Nicolas Sarkozy.
  • fils à papa renvoyait en premier résultat le site Web de Jean Sarkozy. Ce bombardement Google faisait allusion à la controverse suscitée par la possible élection de Jean Sarkozy à la présidence de l’Epad.
  • trou du cul du web  renvoyait vers le site vitrine de Nicolas Sarkozy, ceci semble être une allusion au fait que ce dernier souhaite le vote d’une loi sur le téléchargement illégal : la loi Hadopi.
  • vatican  renvoyait en premier résultat sur la version italienne de Google un site pédophile dont la page d’accueil arborait le même titre que le site officiel du Vatican.
  • Trisomique  sur Google mage montrait en première position une photo de Nicolas Sarkozy,

 

Source : Wikipedia

 

 

Pour démontrer l’importance des bonnes pratiques, il paraissait important d’expliquer ce qu’il ne fallait SURTOUT pas faire en référencement. Si un référenceur vous propose l’une de ces techniques, fuyez à toute jambe (et venez nous voir).

Les recettes d’hier n’ont plus la même saveur aujourd’hui, certains le payent de leur visibilité. Avez vous des retours d’expérience à partager?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *